Yoann Offredo : «Normal de travailler pour le meilleur»

Parmi les neuf coureurs convoqués par Bernard Bourreau pour les championnats du monde de cyclisme à Doha, on retrouve les sprinteurs Bouhanni et Démare et leurs poisson-pilotes. Mais on y découvre aussi un tueur d’échappés, un roule toujours : Yoann Offredo. Entretien.

Très attendue, la sélection française pour les mondiaux de cyclisme sur route, organisés à Doha (Qatar), a fait beaucoup parler. Sur un parcours taillé pour les sprinteurs mais où le vent peut jouer les trouble-faits, Bernard Bourreau avait décidé de ne prendre «que» deux des trois sprinteurs tricolores en vue cette saison. Qui, d’entre Nacer Bouhanni, Arnaud Démare et Bryan Coquard, ne verrait pas les longues étendues de sable du Qatar ? C’est finalement le plus jeune des trois – Coquard a 24 ans, Démare en a 25 et Bouhanni 26 – qui restera à la maison.

«Le choix était cornélien ! reconnait Yoann Offredo. Un seul sprinteur ? Deux ? Ou trois ? Chacun des trois a ses qualités. Arnaud, sur les courses difficiles, a montré qu’il était excellent. Nacer ne lache jamais rien et a une capacité à se faufiler pour venir battre les meilleurs. Et puis Bryan, présent depuis le début de saison, est passé tout près d’un bel exploit sur le Tour de France… La sélection n’était pas simple.»

Restait à savoir comment les Bleus seraient articulés autour de leurs deux sprinteurs. Pas de jaloux : 4 FDJ et 4 Cofidis. Adrien Petit faisant figure d’invité, lui le coureur du Team Direct Énergie, poisson-pilote habituel de Bryan Coquard.

«J’arrête toute suite ceux qui pensent que ce sera 4 FDJ, 4 Cofidis et un Direct Énergie. C’est UNE équipe de France. Nous porterons le même maillot et nous serons équipiers ce jour-là. Pas adversaires.» martèle Yoann Offredo. Le message est passé.

Car la relation entre Arnaud Démare (FDJ) et son ancien équipier, Nacer Bouhanni (Cofidis), en inquiète plus d’un. Les deux seront-ils en mesure de cohabiter sous la casaque tricolore ? Et leurs équipiers respectifs seront-ils au service de leur leader habituel le reste de la saison ? La question ne se pose même pas pour Yoann : «Arnaud et Nacer ont des caractères et des potentiels différents. En fonction du scénario de la course, ils ont tous les deux des chances de victoire. Le mondial, ce n’est pas une cours de récréation. Nous avons de la pression et à coeur de bien faire. Pour moi, c’est normal de travailler pour le meilleur.»

Ce mondial, organisé pour la première fois en plein coeur du désert, n’a pas encore tout dit de ses mystères. Un pur sprinteur renouera-t-il avec le bonheur de l’arc-en-ciel tel Mark Cavendish dans un passé récent ? Un groupe de costauds, résistant aux assauts du vent, peut-il triompher sur les corniches qataries ? Pour Offredo, différents scénarios sont envisageables.

«Le Qatar, je connais. C’est plat. Enfin jusqu’à présent… et c’est très exposé au vent ! Cela peut laisser présager une course ouverte avec le risque de bordures. Ça pourrait avantager un coureur comme Peter Sagan, tenant du titre. Il pourra surement bénéficier d’une coalition avec certains équipiers de chez Tinkoff, qui courent pour d’autres nations. Comme la Pologne… Sans vent, on a l’option sprint massif. À ce jeu-là, nos deux coureurs ont montré qu’ils étaient en mesure de jouer avec les meilleurs.»

Coéquipier d’Arnaud Démare tout au long de l’année sous le maillot au trèfle de la FDJ, Yoann Offredo a prouvé ces dernières semaines qu’on pouvait compter sur lui. Placé lors du Grand Prix de Québec (16e – dans le temps de Peter Sagan, vainqueur), son travail remarquable lors du récent Binche-Chimay-Binche ou de Paris-Tours, dimanche dernier, a impressionné. «Il est normal de se livrer à 100% lorsque l’on a des équipiers de ce talent. Je donne mon maximum pour lui.» reconnait Yoann, qui vient de dire adieu, à Tours, à son équipe, la FDJ, à qui il a été fidèle durant neuf saisons. Après Doha, son avenir s’écrira en Belgique. Chez Wanty Groupe Gobert, où il pourrait être le leader lors des classiques flandriennes qu’il chérit tant ou chez Etixx Quick Step, au sein d’une armada déjà bien rodée ? À suivre.

Par Josselin Riou
@josselin_riou

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s