Melvin Rullière : «J’ai tenté, je n’ai pas réussi…»

Troisième de la Coupe de France Elites, Melvin Rullière, 27 ans, pouvait légitiment se présenter aux championnats de France de cyclo-cross, début janvier, à Lanarvily, avec des ambitions. Mais dans les prairies finistériennes, le Dijonnais, licencié au VC Rouen 76, a abandonné. Huit jours après la course, il se confie.

Nommay, mi-décembre. Alors que Clément Venturini (Cofidis) caracole en tête, survolant la finale de la Coupe de France Elites de cyclo-cross, derrière, un trio se dispute les dernières marches du podium. Parmi eux, Arnold Jeannesson, alors à Cofidis et désormais chez Fortuneo Vital Concept, Victor Koretzky, spécialiste du VTT qui se distingue dans les sous-bois, l’hiver, et Melvin Rullière. Ce dernier, flanqué de sa combinaison du VC Rouen 76, vient damner le pion à ses rivaux. Il prend la deuxième place, s’offre un podium au classement général et laisse entrevoir le meilleur pour le championnat de France, un mois plus tard. «Cette course m’a mis en confiance. Je me suis alors dit qu’il fallait continuer à élever mon niveau pour être au rendez-vous le Jour J.»

Fin décembre, Melvin Rullière, comme un grand nombre de crossman, fais une croix sur les festivités. Un seul objectif, le France, anime l’hiver du plus tout jeune, 27 ans, mais néanmoins ambitieux, dijonnais. Il enchaîne les Coupes du Monde de Namur (34e) et Heusden-Zolder (40e) avant de prendre la neuvième place du cyclo-cross de Pétange, au Luxembourg, le premier janvier. «J’ai tout préparé à 110% pour ce championnat. J’étais un peu plus affûté que d’habitude, un peu mieux entraîné, la récupération était optimale. Il n’y a que chez les Espoirs que j’avais été à 120% investi dans le cross.» relate le coureur redescendu en DN1, le meilleur niveau amateur français, après un crochet par les rangs professionnels avec Veranclassic, une équipe continentale belge.

Lanarvily, début janvier. Au bout du monde, ou presque. Au bout de l’Europe et de la France tout du moins. Il est bientôt 15 heures. La course reine va tenir en suspense quelques milliers de spectateurs, massés sur le circuit du Mingant. Si un favori, logique, se dégage, en la personne de Clément Venturini, les choses demeurent très ouvertes. Arnold Jeannesson est prêt, Francis Mourey ne se laissera pas déposséder de sa tunique tricolore sans livrer bataille et derrière, les outsiders sont nombreux : Falenta, Koretzky, Chainel, Gadret, Boulo… Rullière. Tous ont, au moins une fois, brillé au cours de l’hiver. Tous ont une chance. Le circuit, le terrain, les conditions. Une course d’un jour, son incertitude. Son charme. Les surprises. L’euphorie. Les défaillances. La course.

Melvin Rullière a fait le départ avant d'exploser / Gwen Garot
Melvin Rullière a fait le départ avant d’exploser / Gwen Garot

«Ça part très vite ! Je prends un bon départ. Je suis dans le coup. Je fais le premier tour à fond. Le deuxième pareil. Je ne compte pas mes efforts. Clément Venturini est parti vraiment fort et hors de question de le laisser partir car on est un bon paquet à se tirer la bourre. Si tu laisse filer le wagon, tu dis au revoir au podium. J’avais l’impression d’être à 1000 à l’heure ! Je n’avais même pas le temps de réfléchir à ce qu’il se passait. Je me concentrais sur la roue qui me précédait. Parfait, je suis derrière Venturini. Puis derrière Jeannesson. Allez, comme à Nommay, tu vas t’accrocher dans sa roue. Le public qui gueule à bloc. Ça te porte. Je me dis que ça va finir par ralentir. On ne peut pas rester à cette allure… Mais si ! Jeannesson et Venturini étaient très forts. Au quatrième tour, ils tournaient au même rythme que lors du premier tour. Tous ceux qui ont essayé de les suivre ont pris un coup de moins bien.Moi y compris.»

Melvin Rullière, un temps au contact, recule sans même pouvoir lutter jusqu’à disparaître. «Un championnat, il y a toujours de l’euphorie. L’enjeu d’un titre. Peut-être que j’étais dans un jour sans, mais ça m’étonnerait. Les sensations étaient vraiment bonnes mais le coeur est monté trop haut, trop vite. J’étais à 195 pulsations à l’échauffement, soit cinq de plus que d’habitude. J’avais fait du jus la semaine du France. Les jambes répondaient vraiment bien. Ça tournait tout seul. Ce genre de choses, tu le sens directement. Mais en partant trop vite, je me suis mis le coeur à bloc et je n’ai jamais pu récupérer. Pourtant, j’avais dit à mon mécano, avant le départ, que je partirai tranquille et que j’allais monter en pression…» Quelques minutes plus tard, Melvin Rullière crève de la roue arrière mais le mal est déjà fait. Il s’arrête.

Melvin Rullière encouragé par Tony Periou, le champion de France Espoirs / Marie Lesage - Grip Grab Media Crew
Melvin Rullière encouragé par Tony Periou, le champion de France Espoirs / Marie Lesage – Grip Grab Media Crew

«Quand j’ai été distancé du groupe pour la troisième place, j’ai débranché le cerveau. Je ne peux même pas dire que je suis déçu. En partant moins vite, j’aurais pu avoir des regrets, me demander ce que j’aurais fait en essayant de suivre le duo de tête. Là, je ne me dis pas ça. J’ai tenté de suivre, j’ai explosé. J’ai tenté mais je n’ai pas réussi. Il n’y a pas de regrets à avoir.» souligne l’intéressé pour qui l’hiver 2016-2017 pourrait bien être le dernier dans les sous-bois. «J’ai prévu que janvier 2018 soit la fin de ma carrière cycliste. Je ne sais pas encore si je vais terminer sur la route, en disputant des épreuves comme le Tour de Nouvelle-Calédonie, ou en me lançant dans une ultime campagne de cyclo-cross. Je me poserai la question, en septembre, au dernier moment, comme d’habitude !» boucle, le ton rieur et léger, Melvin Rullière. Détenteur de son diplôme d’Etat, il aimerait encadrer ceux qui représentent l’avenir du cyclisme. À 27 ans, les idées de reconversion ne manquent pas.

Par Josselin RIOU
@josselin_riou
Photo : Amandine Coz

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s