A.Deletang

deletang 4

Un mois de course et voilà Alexandre Deletang parmi les meilleurs amateurs français. Rapide et malin, le coureur de l’Armée de Terre se révèle être plus complet qu’on ne pouvait l’imaginer. Suite à un premier succès acquis sur l’Essor Basque, le militaire Deletang a récidivé lors du GP de Chateaudun. Il revient sur son début de saison pour La Gazette Des Sports.

« J’ai beaucoup appris avec Benoît Sinner ! »

Entré dans les rangs de l’Armée en 2012, l’ancien sprinteur de l’UC Martizay confirme au meilleur niveau. Vainqueur à deux reprises en ce début de saison, Alexandre Deletang a grandi au sein de son équipe. Stages, conseils et bien sûr un collectif rôdé et compétitif ont fait du coureur originaire de la région Centre l’un des meilleurs de sa génération.

« J’ai fait un bon hiver au niveau de l’entraînement. Avec l’équipe, nous avons eu la chance de partir en stage durant une vingtaine de jours. Cela nous a notamment permis de créer une  bonne cohésion au sein du groupe. Personnellement, j’ai beaucoup appris sur le plan de la diététique grâce à Benoît Sinner, qui partageait ma chambre au cours de ce stage. »

Le collectif de 'Armée, plus fort que jamais / Perrine Sauvey
Le collectif de l’Armée, plus fort que jamais / Perrine Sauvey

« On n’a rien sans rien. »

L’Armée de Terre version 2013 c’est (notamment) un triplé sur La Melrandaise, un triplé lors de la 1ère étape des Boucles du Haut-Var ou encore un succès sur la Ronde du Canigou. Sinner, Piry, Bodiot, Teychenne ou encore Combaud ont su se montrer à l’avant pour décrocher victoires et places d’honneurs. Des succès qui reflètent l’état d’esprit de ce collectif de militaires.

« Que l’on soit à l’avant de la course ou dans le peloton, nous donnons tous le maximum, que cela soit pour nous, ou pour les coéquipiers. Ce n’est pas toujours le même qui gagne, ça tourne et vous savez, la victoire est aussi belle lorsque c’est un copain qui l’emporte. Dans une grande équipe, il ne faut plus penser qu’à soi-même mais à tout le monde. Il faut savoir faire des sacrifices, mais j’ai appris une chose : On n’a rien sans rien.»

« Nous, on ne se prend pas la tête ! »

A chacune de leurs démonstrations, les militaires doivent faire face à de nombreuses réflexions. Souvent comparés à des coureurs professionnels, difficile pour eux de se défaire de cette image tant leur domination est sans partage. Le jeune Alexandre Deletang livre son point de vue sur le sujet.

« C’est vrai que cette année, l’équipe a vraiment réalisé un très bon début de saison. De là à nous comparer à des professionnels… Je pense que c’est exagéré car il y a aussi de grosses équipes en DN1. Nous, nous ne nous prenons pas la tête. Notre objectif est de nous placer au mieux au classement de la Coupe de France DN1 et nous allons tout faire pour l’atteindre ! »

Deletang vainqueur sur l'Essor Basque devant Samuel Plouhinec
Alexandre Deletang vainqueur sur l’Essor Basque devant Samuel Plouhinec

La bête noire de Samuel Plouhinec…

Lorsqu’un coureur remporte une course, l’habitude veut que l’on lui demande qui était sur la 2e marche du podium. Du haut de ses 20 ans, l’orléanais peut répondre avec fierté : Samuel Plouhinec. En effet, le double champion d’Île-De-France, ancien coureur professionnel, véritable épouvantail au sein du peloton amateur, a buté par deux fois sur Alexandre Deletang. La première, au sprint, sur l’Essor Basque. La seconde, dimanche sur le GP de Chateaudun, sous la neige, et au lendemain d’un numéro de la part de Plouhinec  à Saint-Hilaire du Harcouët.

« C’est vrai que Samuel (Plouhinec) n’est pas n’importe qui… J’ai réussi à le battre à deux reprises en ce début de saison, mais je pense que ça ne se passera pas toujours comme ça ! C’est un très grand coureur mais pour le moment, j’ai de la chance, nos affrontements tournent en ma faveur. » Indique, souriant et fier, le jeune sprinteur, révélé dans la catégorie des juniors.

A Chateaudun, le sprinteur Orléanais a fait parler la poudre
A Chateaudun, le sprinteur Orléanais a fait parler la poudre

Sa deuxième année chez les Espoirs pourrait permettre à Alexandre Deletang de s’ouvrir les portes du monde professionnel. Un rêve auquel « Alex » aimerait bien goûter mais il n’y pense pas encore pour le moment. « On y rêve tous mais je reste concentrer sur ce que j’ai à faire. La saison est encore longue et pour le reste, on verra… » Attention, le militaire Deletang a déjà quelques courses dans son viseur !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s