Clément Suire : «On pense toujours que l’on peut gagner. Après, il faut le faire !»

montage suire

Clément Suire : «On pense toujours que l’on peut gagner. Après, il faut le faire !»

Licencié depuis ses débuts dans le Vélo Club Mérignac (Aquitaine), Clément Betouigt-Suire a intégré le Pôle France de Talence à la rentrée de septembre. Du haut des ses quinze ans, et surtout de son mètre quatre vingt dix huit, il remporte 18 victoires en 2013, alors qu’il n’est que Cadet 1. A son palmarès, il épingle entre autre le chrono des nations, aux Herbiers. Mais aussi une sélection en équipe de France piste, sur le Trophée Gaby Coche. Cette année, l’Aquitain compte déjà sept succès dont la dernière en date : le Tro Bro Léon cadets. Premier leader du Trophée Madiot, La Gazette des Sports l’a élu Cadet de la semaine !

Photo : Camille Godefroy au Tro Bro Léon
                                  Photo : Camille Godefroy au Tro Bro Léon

La Gazette des Sports : Comment juges-tu ta forme actuelle ?
Clément Betouigt-Suire : «Je suis en très bonne forme. Je n’ai eu aucun soucis hormis quelques petites chutes sans gravité. Tout se passe très bien pour moi. Maintenant je vais essayer de continuer comme ça jusqu’à la prochaine épreuve du Trophée Madiot, le 1er mai à Chateaubriant (44). Après, je m’accorderai quelques jours de repos avant de reprendre sur la piste.»

Raconte nous comment s’est déroulée le Tro Bro Léon, dimanche.
Clément Betouigt-Suire : «J’ai pris le départ confiant. Sûr de ma forme. Mais je ne savais pas où j’en étais par rapport aux autres français. Au début, j’ai essayé de prendre les coups mais j’ai vu que ça ne sortirait pas alors j’ai tenté de me faire un peu oublier jusqu’au dernier tour. Puis j’ai eu une opportunité de sortir sur la droite de la route à cinq kilomètres de l’arrivée. J’ai joué. Ça a marché…»

Clément Suire
                                       Photo : Victor Charrier à La Marais Bocage

Est-ce que tu te comptais parmi les favoris de cette épreuve ?
Clément Betouigt-Suire : «C’est vrai que je me suis senti surveillé. Enfin comme tous les coureurs qui avaient déjà gagné des courses. Je ne me considérais pas particulièrement comme un favori mais plutôt comme un outsider. Je jouais avant tout le Top 5, même si je pouvais jouer la gagne. On pense toujours que l’on peut gagner. Mais bon après, il faut pouvoir le faire !»

Y a-t-il des coureurs que tu avais particulièrement à l’oeil ?
Clément Betouigt-Suire : «Je surveillais surtout Maxime Gressier (Dunkerque Littoral Cyclisme), Tanguy Turgis (US Métro), Maël Guegan (AC Brévinois, 3e) mais aussi Harold Boquet (VC Rouen 76, 2e). Au fond, je ne me suis pas trompé car tous ces coureurs ont fait la course devant.»

Photo : Gwendolène Sbaai aux Herbiers
                                    Photo : Gwendolène Sbaai aux Herbiers

Depuis que tu es arrivé au Pôle France Talence, ressens-tu une progression ?
Clément Betouigt-Suire : «Oui, j’ai énormément évolué. Évoluer au quotidien avec des coureurs de la trempe de Thomas Boudat (champion du monde de l’Omnium Elite en étant espoir), ça aide pas mal. J’apprends beaucoup en regardant. Mentalement, je me trouve plus fort qu’avant. Je me sens plus confiant. Même quand ça ne me réussit pas, je me relève plus vite qu’avant.»

Tu es le seul cadet au pôle. Juges-tu ça handicapant ?
Clément Betouigt-Suire : «Certes je suis le seul, mais je fais à peu près les mêmes programmes que les juniors. Du coup, ce n’est pas pénalisant pour moi d’être seul de ma catégorie.»

Photo : Laurenza Jay à Hyères
                                               Photo : Laurenza Jay à Hyères

Dans ton club, il y a une certaine émulation chez les cadets.
Clément Betouigt-Suire : «Oui tout à fait. À Mérignac, j’évolue aux côtés de mon cousin, Ludovic Suire avec qui je participerai au championnat de France sur piste et à la coupe de France de Saint-Quentin-en-Yvelines. Mais il y a aussi Clément Galy et Clément Noel qui sont deux très bons coureurs de la région.»

Comment penses-tu gérer l’association de la route et de la piste au cours de la saison ?
Clément Betouigt-Suire : «Je vais faire comme je peux. À partir de juin, je me concentre sur les championnats de France de piste. Ce sera l’objectif de l’année.»

Clément_Suire_Nersac

Justement, en parlant de tes objectifs. Quels seront les grands rendez-vous de ta saison ?
Clément Betouigt-Suire : «En ce qui concerne la piste, la poursuite individuelle et l’américaine des championnats de France sont d’ores et déjà notées sur mon calendrier. Pour la route, bien évidemment le championnat de France mais aussi le chrono des Herbiers que j’ai remporté l’an dernier. Conserver le vélo d’Or Vélo Magazine, acquis l’an passé, me tient également à coeur.»

Pour Clément Betouigt-Suire, la prochaine course sera synonyme d’objectif. Il s’agira de la deuxième manche du Trophée Madiot. Avec un contre-la-montre matinal, qui l’avantagera, il s’agira de garder la tête du Trophée Madiot l’après-midi, sur une épreuve en circuit. La tâche ne s’annonce pas aisée. Mais Clément Betouigt-Suire pense toujours qu’il peut gagner. A lui de «pouvoir le faire».

Par Maéva Paret-Peintre
@ParetMA

Une réflexion sur “Clément Suire : «On pense toujours que l’on peut gagner. Après, il faut le faire !»

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s