Cyclisme Féminin – Piste

piste

Des vélos ultras légers, sans freins ni dérailleurs. Le strict minimum pour une efficacité maximale ! Sur les vélodromes, les filles font comme les garçons. Jeux Olympiques, championnats du monde ou encore épreuves de Coupe du Monde, les pistardes ont un programme de course fourni. Après la route, puis le VTT, La Gazette Des Sports vous présente la piste, version dames.

La culture anglo-saxonne domine.

On peut déjà le constater chez les hommes, et cela se vérifie chez les dames, la piste anglo-saxonne est de qualité. Bien sûr, il y a les britanniques, emmenées par Laura Trott et Victoria Pendleton, mais aussi les australiennes d’Anna Meares. Les américaines, les canadiennes ou les néo-zélandaises ne sont pas non plus en reste. Derrière, ce sont les asiatiques qui arrivent à éclosion. Reprises de main de maître par Daniel Morelon, ancien champion olympique français, les chinoises sont parvenues à lutter pour la victoire, notamment lors des épreuves de sprint. Les européennes, elles, restent légèrement en retrait, en témoigne les derniers JO de Londres.

Laura Trott salue ses supporter lors des JO de Londres / Photo : AFP
Laura Trott salue ses supporter lors des JO de Londres / Photo : AFP

En effet, les britanniques ont survolé les débats en remportant la poursuite par équipe, l’omnium grâce à Laura Trott, le keirin et l’argent en vitesse par l’intermédiaire de Victoria Pendleton et n’ont laissé que des miettes à leurs adversaires. Favorites de l’épreuve de vitesse par équipes, les pistardes britanniques ont failli, en passant leur relais hors zone. Disqualifiées, ce sont les allemandes qui se sont imposées, devant la Chine et l’Australie. Autre titre qui échappa à la Grande-Bretagne, celui de la vitesse individuelle. Battue en finale, Victoria Pendleton laissait le plaisir à l’australienne Anna Meares d’être sacrée.

La reine Victoria devance Anna Meares. Aux JO, c'était l'inverse / Photo : afp.com/Mark Gunter
La reine Victoria devance Anna Meares. Aux JO, c’était l’inverse / Photo : afp.com/Mark Gunter

Durant l’hiver 2012/2013, la coupe du monde dames comporte trois épreuves. L’étape colombienne de Cali s’est déroulée du 11 au 13 octobre dernier tandis que le vélodrome de Glasgow, en Ecosse, a reçu l’événement du 16 au 18 novembre. La troisième et dernière manche aura lieu du 17 au 19 janvier prochain sur le vélodrome mexicain d’Aguascalientes. Lors du week-end colombien, les britanniques se sont distinguées en vitesse individuelle et par équipes, tandis que Virginie Cueff prenait la 3e place de l’épreuve du Keirin et se classait au 6e rang de la vitesse individuelle. A Glagsow, Laura Trott, championne olympique, a dominé l’omnium, alors que Laurie Berthon, la française, terminait 6e. Même tarif pour Sandie Clair, 6e dans l’épreuve du Keirin, où l’allemande Kristina Vogel s’est imposée. Auparavant, les françaises, Olivia Montauban et Sandie Clair avait pris la 3e place de la vitesse par équipes, battues par les indétrônables britanniques.

La France se défend avec ses armes.

Parmi les françaises, on ne recense que trois filles, capables du meilleur au niveau international actuellement. La toulonnaise, Sandie Clair, la brestoise, Virginie Cueff et la provençale, Clara Sanchez sont les seules à représenter les tricolores sur les vélodromes internationaux et c’est Sanchez qui s’en sort le mieux. Double championne du monde de Keirin, cette discipline acrobatique qui a acquis ses lettres de noblesse, elle se classa 4e lors des derniers JO de Londres. Proche du podium, Clara Sanchez avait déjà terminée 5e de la vitesse individuelle à Pékin, en 2008. Pour leur première participation au rendez-vous olympique, Sandie Clair et Virginie Cueff étaient associées pour disputer la vitesse par équipes. Classé 6e de la compétition, le duo français a pris ses marques pour viser une médaille en 2016, lors de la prochaine olympiade.

Sandie Clair, 4e des championnats du monde en 2007, 2008, 2009 et 2011 est une véritable spécialiste de la vitesse par équipes mais s’arrête perpétuellement aux portes des podiums internationaux. Virginie Cueff est quant à elle, à 24 ans, un espoir de la piste française. Spécialiste de vitesse, individuelle ou par équipes, la bretonne avait créé la sensation lors de la coupe du monde de Cali en terminant 2e de l’épreuve de vitesse individuelle, de bonne augure pour la prochaine saison de piste. A l’avenir, Olivia Montauban ou Laurie Berthon, qui ont participé à la Coupe du Monde de Glasgow, pourraient éclore au plus haut niveau.

Et demain ? La relève arrive.

Comme chaque jour, on évoque le sort de la prochaine génération, ces filles qui évoluent dans la catégorie des juniors et qui sont les talents de demain. Nous vous avions déjà parlé de leurs parcours dans le premier épisode de notre semaine spéciale Cyclisme Féminin, le duo britannique Garner / Barker excelle également sur piste. Lucy Garner fût sacrée championne d’Europe de Scratch devant la française Iris Sachet et décrocha l’argent en vitesse par équipes. Dans le même temps, Elinor Barker s’imposait dans les épreuves de poursuite individuelle puis en poursuite par équipes, accompagnée entre autre de Lucy Garner ! Barker passa même tout près lors des mondiaux, où elle enleva l’argent lors de l’omnium et de la poursuite individuelle et la médaille de bronze sur l’épreuve de poursuite par équipes. A seulement 18 ans, la britannique a déjà contribué au succès de l’équipe de Grande-Bretagne en poursuite par équipes lors de la seconde manche de coupe du monde, chez elle, à Glasow, rien que ça… La jeune russe, Daria Shmeleva, quadruple championne du monde (!) sur piste, du 500 mètres, du keirin, de la vitesse individuelle et de la vitesse par équipes prépare l’avenir de la Russie tandis que les australiennes paraissent déjà au point pour succéder à la génération actuelle. En effet, en s’imposant lors de la poursuite individuelle et par équipes, en course aux points, en scratch et en omnium des derniers mondiaux juniors, chez eux, en Australie, les « Aussies » se plaçaient comme les futures grandes de demain.

Manon Bourdiaux / Photo : Angélique Leblanc
                Manon Bourdiaux / Photo : Angélique Leblanc

Revenons dans l’hexagone, où les jeunes pistardes sont en train de grandir. La Gazette Des Sports vous les avait déjà présentées lors des derniers championnats d’Europe de cyclisme sur piste, à Anadia, au Portugal. Iris Sachet, argentée dans le Scratch junior de ces championnats et Manon Bourdiaux, bronzée en poursuite individuelle sont les deux seules représentantes tricolores à être revenue en France avec une médaille autour du cou. Néanmoins, cette très jeune équipe française aura pu gagner expérience pour les échéances à venir sur piste.

Demain, retour dans les sous-bois, changement de vélo. Place au cyclo-cross.

Demain, dernier épisode de notre semaine spéciale Cyclisme Féminin avec du cyclo-cross / Photo : Faustine Quièvre (http://www.facebook.com/pages/Faustine-Photographie/338048942894655?fref=ts)
Demain, dernier épisode de notre semaine spéciale Cyclisme Féminin avec du cyclo-cross / Photo : Faustine Photographie

Une réflexion sur “Cyclisme Féminin – Piste

  1. D’autres pistardes arrivent ! La France a déjà eu des dominatrices sur piste (comme sur route, enfin une surtout), mais avec les nouvelles structures (Roubaix, St Quentin en Yvelines), en en espérant d’autres, les nouvelles générations devraient pouvoir re-prétendre au plus haut niveau. Soyons patients.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s