#1 Les premiers pas

 

 

Professionnel depuis quelques mois, Jérémy Bescond (Cofidis) a accepté de tenir une sorte de journal de bord pour La Gazette Des Sports. Ses joies, ses découvertes, ses surprises, mais aussi ses déceptions, le breton vous racontera tout de ce qui se passe dans le monde professionnel. Laissez-vous embarquer dans la vie d’un cycliste avec La Chronique Besconienne, signée Jérémy Bescond !

bescond j

« Dès le mois de décembre dernier, j’ai suivi un stage avec ma nouvelle équipe, Cofidis, sur l’Île de Beauté. Un peu plus tard, nous avons pris la direction de l’Espagne pour un nouveau stage collectif. Ensuite, ce fût le début de la saison, la reprise des courses, la découverte du professionnalisme. C’est évident que le niveau est très élevé, et le schéma de course est davantage stéréotypé que chez les amateurs. Il m’a fallu un petit temps d’adaptation et surtout une phase d’apprentissage. J’ai été impressionné lorsque j’ai disputé le Challenge de Majorque. Au départ, il y avait Wiggins – Vainqueur du Tour de France 2012, Valverde, Rodriguez, Anton ou encore Gesink ! Je peux vous dire que ce fût assez impressionnant pour moi. C’était une superbe expérience. »

« Depuis que je suis cycliste professionnel, ma journée type ressemble plus à moins à la suivante. Un petit-déjeuner vers 8h, juste avant de m’élancer pour mes séances d’entraînements. Celles-ci peuvent varier de 2h, lorsqu’il s’agit de sorties de récupération, à 6h, lors des grands jours. En rentrant, j’analyse le travail que j’ai réalisé au cours de la journée grâce au SRM, le capteur de puissance installé sur mon vélo. Ensuite, je profite du temps qu’il me reste pour étudier le calendrier et les prochaines courses auxquelles je vais prendre part au cours du week-end. »

« Les leaders ont de bons conseils. »

« Il est vrai que cette année, l’équipe Cofidis dispose de nombreux leaders avec Jérôme Coppel, Daniel Navarro, Rein Taaramae, Christophe LeMével ou encore Adrien Petit. C’est une grande chance de pouvoir côtoyer ce genre de coureurs car ils ont toujours de bons conseils sur la façon de courir notamment. Ils m’aident beaucoup et n’hésitent pas à me guider en course.

Jérémy Bescond faisait partie des courageux participants à la Classic Loire-Atlantique / Jessica Osouf
Jérémy Bescond faisait partie des courageux participants à la Classic Loire-Atlantique / Jessica Osouf

Ce week-end, j’étais présent sur les 2e et 3e manches de la Coupe de France – PMU. Personnellement, ce fût un week-end plutôt mitigé… Samedi, lors de la Classic Loire-Atlantique, j’ai dû poser pied à terre  car j’étais complétement gelé mais heureusement qu’Edwig (Cammaerts) s’est imposé ! Le lendemain, sur Cholet – Pays de Loire, ça allait, cependant, un petit peu mieux. Je suis un coureur qui préfère la chaleur aux températures que l’on rencontre actuellement et le beau temps que l’on a pu avoir le dimanche m’a permis de réaliser une belle course. Etant donné que Rein Taaramae jouait la « gagne » à l’avant, nous n’avions plus qu’à contrôler. »

Le jeune Bescond (au premier plan) protège son leader, Adrien Petit sur la Classic loire-Atlantique / Bénédicte Front
Le jeune Bescond (au premier plan) protège son leader, Adrien Petit sur la Classic loire-Atlantique / Bénédicte Front

Jérémy revient sur la victoire de son coéquipier, le belge Edwig Cammaerts, décroché en costaud, sur le difficile circuit de la Classic Loire-Atlantique.

« C’est la première victoire que je vis au sein de l’équipe et je peux dire que c’est vraiment super. Edwig a vécu une année extrêmement difficile, l’an passé, suite à sa blessure sur Paris-Roubaix, qu’il l’avait écarté plusieurs mois des pelotons. Et là, il gagne ! Suite à cet excellent week-end, où Rein (Taaramae) prit la 3e place de Cholet – Pays De Loire, nous sommes devenus leaders par équipes de la Coupe de France – PMU. On a donc fêté ça, le soir, avec une petite coupe de champagne, bien méritée, pour tout le monde. » Indique, souriant, le néo-professionnel de tout juste 22 ans, il les a fêtés le 27 février dernier.

A présent, Jérémy Bescond se tourne vers le Critérium international, qu’il disputera dès ce week-end, en Corse. C’est ensuite sur Paris-Camembert, et à domicile, lors du Tour du Finistère, que vous pourrez voir ce jeune breton étreiner sa tenue rouge de la Cofidis. Enfin, à la mi-avril, il s’envolera pour prendre le départ du Tour de Turquie avec l’ambition de briller et de poursuivre son apprentissage du haut niveau. La suite, dans le prochain numéro de La Chronique !

Jérémy Bescond ~ Cycliste Professionnel (@Bescond_J)

Propos recueillis par Josselin Riou (@Josselin_Riou)

Une réflexion sur “#1 Les premiers pas

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s