France Cross : Les Juniors Dames en colère !

À Lanarvily, les Juniors ont fini leur course avec un tour de retard / Gwendolène Poisson
À Lanarvily, les Juniors ont fini leur course avec un tour de retard / Gwendolène Poisson

Ce dimanche, une maigre vingtaine de Juniors Dames étaient alignées sur la ligne de départ. Il était quatorze heures lorsque le coup de feu retentit. Si Daniel Mangeas, l’emblématique speaker du Tour, les confondait avec des cadettes, ce sont bien les Juniors qui étaient en course. Mais seules quatre filles ont franchi la ligne d’arrivée. Pourquoi ? Explications.

«J’ai eu l’impression de ne pas être considérée !»

Bien souvent, on évoque le manque de considération pour le sport féminin à travers la médiatisation, faible ou inexistante. Mais dimanche, la course, retransmise sur internet, a tourné bien court pour les Juniors Dames. «J’ai couru 35 minutes !» nous confie Ellie Croquison, d’île-de-France. «Moi, on m’a arrêté après trois tours» souffle Constance Valentin, une Junior 1ère année venue du Languedoc Roussillon. Idem pour la Lorraine Coline Clauzure. Au final, seules les quatre premières ont vu la ligne d’arrivée.

La faute au règlement. Et un peu beaucoup au manque de compréhension des commissaires. En effet, lors des Championnats de France, les concurrentes Juniors (nées en 1997 et 1998), partent une minute après l’épreuve Elites Dames. Un scénario unique au cours de l’année puisque sur les Coupes de France, un seul départ est donné pour les deux catégories, bien que deux classements, distincts, soient établis. Mais le souci, c’est la règle des 80%. Lorsqu’un coureur possède 80% du temps du premier de retard, il est éliminé. Mais l’indignation s’installe par manque de communication.

Constance Valentin venait pour apprendre. Après 1400 kilomètres de voiture, elle a couru 20 minutes / Josselin Riou
Constance Valentin venait pour apprendre. Après 1400 kilomètres de voiture, elle a couru 20 minutes / Josselin Riou

«Personne ne nous a dit que cette règle serait appliquée» répond la Lorraine Cléa D’hondt. «Le problème, renchérit la Ligérienne Solenne Billouin, c’est que la règle a été appliquée sur Pauline Ferrand-Prévôt, et pas sur Juliette Labous, la première Junior.» Un avis partagé par l’Orléanaise Juliette Poirier, arrêtée après quatre tours. «Sur le coup, j’ai cru que j’étais la seule à ne pas être au courant que cette règle s’appliquait, s’étonne Constance Valentin après la ligne. En parlant avec les filles, je me suis rendu compte que nous étions toutes pareilles !» Ellie Croquison, visiblement bien remontée poursuit : «Lors de la finale de la Coupe de France, la règle n’avait pas été appliquée ! Nous avions toutes terminé la course. Et pourtant, à Lanarvily, nous avions un départ commun.» Ces propos très bien illustrés par la photo en haut de l’article. Cléa D’hondt, à gauche, et Coline Clauzure, à droite, en terminent, dans la roue de Pauline Ferrand-Prévôt, lauréate chez les Elites.

Mélange de sentiments !

Intrigués, de nombreux spectateurs cherchaient leurs coureuses parmi le peloton. En vain. C’est en voyant débouler quelques concurrentes furieuses, à l’abord du poste de dépannage, que l’idée d’une élimination pure et simple nous a traversé l’esprit. «J’étais vraiment déçue car Pauline (Ferrand-Prévôt) ne m’avais même pas pris un tour !» explique Juliette Poirier. Laura Goergen est sans doute la plus amère. Cinquième, elle pouvait espérer reprendre Chloé Fortin, alors quatrième. La Francilienne témoigne : «Je termine ma saison sur un échec. Il ne me restait plus que le dernier tour à faire !» Mais la sociétaire d’Argenteuil va plus loin. «Quand ils m’ont arrêté, j’avais l’impression d’être venu à Pontchateau pour rien. C’est la course la plus importante de l’année et on t’empêche de la terminer.» Le dégoût pour Cléa D’hondt. La frustration pour Constance Valentin. La colère noire pour Ellie Croquison. L’énervement de Solenne Billouin. La déception de Coline Clauzure.

Ellie Croquison, Cléa D'hondt et les autres ont préparé leur France pour le finir à la maison / Josselin Riou
Ellie Croquison, Cléa D’hondt et les autres ont préparé leur France pour le finir à la maison / Josselin Riou

Et maintenant, quelles solutions ?

Car si peu de personnes, et de médias, en parlent, il faudrait bien que la Fédération Française de Cyclisme trouve une solution. De par cet article, La Gazette des Sports souhaite avant tout se faire le porte-voix de ces filles. Une course à part ? Un départ groupé ? Ou une simple annulation de la règle des 80%. «Quand on a été arrêté, on était un groupe de trois filles. Comment a-t-on été classées ? Nous n’avons pas pu défendre nos places…» regrette Ellie Croquison, la cousine de la famille Turgis.

«Les journées sont moins chargées sur un Championnat de France que sur une Coupe de France, fait remarquer Solenne Billouin. Alors pourquoi ne pas avoir notre propre course ?» Plutôt que de profiter du bar et des galettes saucisses durant plus de deux heures entre les épreuves Juniors Hommes et Elites Dames, la petite vingtaine de concurrentes aurait été bien contente de se disputer le maillot tricolore dans les règles de l’art. Et si Juliette Labous, la lauréate venait à crever ? Que la deuxième chute et que la troisième se casse une jambe ? On mettait qui sur le podium ? Fédération écoute tes coureurs.

Par Josselin Riou
@Josselin_Riou

29 réflexions sur “France Cross : Les Juniors Dames en colère !

  1. Oui mais les galettes saucisses sont les meilleurs du coin et gratos pour ces « misters  » cravatés made in France ….

  2. Bravo pour ce bel article, je ne suis pas sûre que la Fédération vous entendent, les filles doivent aujourd’hui avoir les mêmes droits que leshommes dans notre Pays. Même licence, mêmes droits: courses par catégories, temps par catégories, podiums par catégories. Pour avoir remis un maillot à la première senior et à la première junior lors des championnats départementaux de cyclo-cross en décembre 2013, 3 personnes élues ont été écartées de leurs fonctions. Elle attendent aujourd’hui à leur demande de passer en commission Nationale de discipline. Je fais partie de ces 3 personnes, et je continue de me battre pour les filles, à l’extérieur des instances. Dans chaque département, adressez -vous à la Direction départementale de la Cohésion Sociale, il y a une personne chargée de la défense des droits des femmes, je vous assure que cela donne plus de résultats, je travaille depuis avril 2014 avec cette structure, et on peut voir que les Bretonnes ont été largement sélectionnées par leur comité. je me permets de transmettre votre article à la DDCS du Finistère. Ce n’est qu’ensemble dans tous les comités en s’alliant que nous obtiendrons des résultats. Vive le cyclisme féminin et vive le cyclo-cross.
    Véronique LE QUÉAU ( la chieuse, en fauteuil)

  3. Le gros problème dont soufre le cyclisme, c’est que beaucoup d’arbitres ne sont jamais montés sur vélo et les autres sont passés à autre choses dans le cyclisme, ils ont oubliés les efforts demandés à un compétiteur pour préparer un objectif. Par ailleurs même si il y a eu des progrès beaucoup se comportes encore en  »punisseur » (considérant que chaque coureur, chaque D.S. est un tricheur en puissance )et non en arbitre, sans compté le manque de respect. Enfin en cyclisme les arbitres ne sont pas notés comme dans d’autres sports.

  4. Très bonne idée de relayer cette colère, mais quel dommage de finir par « Fédération écoute tes coureurs » alors que la parole n’est pas donnée à la FFC dans l’article ! Pourquoi ne pas interroger un officiel FFC, un arbitre ?

  5. C est une honte!!!que l on considère mieux les féminines!!!il y a encore du chemin à faire

  6. Il suffirait de rallongé les circuits de » COUPE DE FRANCE » et  » FRANCE » car 2,6km c’est insuffisant.Jamais en Belgique on fait 6 min au tour.!!! A réfléchir…

  7. MERCI DE FAIRE PARTAGER : une honte de faire appliquer cette règle en confondant 2 catégories bien distinctes !! il fallait l’appliquer sur la première junior dans ce cas là !!
    Comment inciter des féminines a continuer et progresser dans ce sport, si on les dégoute a ce point là et qu’on ne les laisse meme pas finir LEUR championnat comme les autres catégories !
    Partagez pour cela se sache et que l’on fasse progresser le cyclisme féminin !

  8. Toujours les filles en première ligne et qui paient les pots cassés; 20 au départ = responsabilité des comités ? stoppées pendant la course = règlement très discutable. Ces courageuses jeunes filles ne sont pas considérées et respectées.

  9. Bonjour, cet article est super intéressant, et démontre le non professionnalisme des « arbitres » désignés pour gérer les compétitions de cyclo-cross sur notre territoire français! C’est une honte d’appliquer une réglementation dont les coureurs, les entraîneurs, les spectateurs n’ont absolument pas entendue parler! Je tiens à préciser pour y être présent que sur les coupes de France, notamment à Besançon cette règle fut appliquée d’abord pour les cadets!!! Une hécatombe d’arrêts, au bout de quelques tours pour les derniers coureurs,provoqués par d’impétueux et zélateurs « arbitres » dont la jubilation de stopper ces pauvres coureurs , n’avait d’égal que leur incompétence notoire!!! Je tiens à faire remarquer, que cela est préjudiciable à l’ensemble des coureurs, comités, clubs qui investissent lourdement pour faire de longs déplacements aux cyclo-cross, et que chaque coureur paie un engagement pour participer ,et est en devoir ,en retour le droit de terminer son épreuve et d’y être classé, que se soient les filles ou les garçons. Et pour terminer vu l’engouement des filles et des garçons pour cette belle discipline qu’est le cyclo-cross, il serait bien plus lisible pour les juniors et cadets garçons de faire 2 courses distinctes sur les manches de coupe: 1 peloton regroupant les 1ere année et un 2e peloton regroupant les 2e année! Il est intolérable d’accepter un peloton de 180 coureurs ( c’est ce moquer de l’ensemble des coureurs) au départ d’un cyclo-cross, et de les éliminer au bout de 20 minutes de course, sous quel prétexte? Les classements sont établis par puce électronique. Alors messieurs les censeurs arrêter le massacre!!!

    • C’est au règlement qu’il faut s’en prendre, pas aux commissaires. Les commissaires appliquent le règlement, ce ne sont pas eux qui l’écrivent. Quand à dire que « c’est une honte d’appliquer une règlementation » parce que « le public n’en a pas entendu parler » … ça revient à dire qu’il faut appliquer uniquement les règles dont on considère que le grand public les connaît ? Ce que tu écris est absurde et gâche l’effet de l’article qui était plutôt de souhaiter le changement d’un règlement… quand le nouveau règlement sera pris, et je l’espère, tu seras bien content que les commissaires soient là pour le faire appliquer… Tout confondre comme tu le fais vide de sa substance l’idée que tente de défendre Josselin.

      • Bonsoir Tonio, Je maintiens mes propos vis à vis des arbitres, sur la façon justement d’appliquer ou de moins appliquer le réglement selon les courses, les régions, et bien sûr les arbitres!! Je ne vais certainement pas contre l’article de Josselin, c’est ne rien comprendre au vélo de compétition que de réagir ainsi. Je suis à l’origine de défendre les filles où il n’y a pas si longtemps, toutes les catégories partaient ensemble, y compris les cadettes. J’ai réussi à interpeller la DTN et PY Chatelon pour que chaque catégorie de filles aient un classement séparé ,et un titre pour chacune des catégories, ce qui n’était pas le cas, chaque cadettes repartait sans savoir son classement propre!!Cela fut favorable pour elle d’avoir un podium pour toutes les catégories. Mais j’insiste que c’est une aberration d’arrêter les coureurs lâchés, en cyclo-cross, surtout lorsque les pelotons sont peu fournis comme les juniors filles!!! J’organise des cyclo-cross, j’ai 500 organisations à mon compte depuis que j’oeuvre pour le cyclisme, et je donne la consigne à chaque épreuve aux arbitres que les coureurs huppée)s ou non ont vis à vis de leur frais d’engagement payé, le droit de terminer l’épreuve s’ils en ont les moyens physiques, et surtout d’avoir son classement à l’arrivée et non pas le découvrir sur internet le lendemain……Alors Tonio pas de méprise et il faut bosser et proposer les vrais solutions qui ne sont pas infranchissables et qui gommeront toutes ces imperfections!!! Sportivement

  10. Bonjour,
    Je comprend tout à fait ce sentiment de course pas terminée. J’ai fait une course Dame en VTT et le départ est donné en même temps que les cadets. Du coup quand les p’tits jeunes vous dépasse la course est terminée ! On vient pour aller juste au bout pas pour se faire stopper dans son élan ! Allez les filles faites vous ENTENDRE !

  11. bonjours cette année j ai vu sa sur route avec 20 minime et a 3 tours de l arrivée on arrête les doubles c triste pour les jeunes coureurs qui vient de prendre une licences pour leurs premiers année merci les commissaires je pence que c dure de contée

  12. Pourquoi jetez vous la pierre aux commissaires ? Pourquoi serait-ce être « incompétent » d’appliquer le règlement ? C’est au règlement qu’il faut s’en prendre, pas aux commissaires. Je rappelle que ce ne sont pas les commissaires qui font les règlements.

  13. Et oui, cette partie du règlement ainsi que la manière pour certains commissaires UCI de l’appliquer est simplement scandaleuse. Je vais donner de réels exemples.
    Les filles Juniors ont tout à fait raisons, d’autant plus qu’elles devraient avoir LEUR course!
    Imaginons faire pareil avec les garçons, combien de juniors de classés au bout des 40 minutes de course s’ils partent avec les Elites ??
    Je vais prendre mon cas en exemple, et je ne pense pas être le seul dans ce cas…
    Je suis qu’un petit coureur de 3e caté qui bosse 39h00 semaine, s’entraine 6 à 8h00 par semaine quand il peut, pour essayer de se faire plaisir avec ses moyens sur de tels RDV. Pourquoi j’y vais? Pour l’ambiance, pour voir des nouveaux circuits, etc…
    Mais quel intérêt ? Même si mon club participe aux divers frais élevés (Carburant, Péage, Hôtel, etc…), que certains sponsors nous aident avec du bon cœur (et c’est pas facile d’en trouver par les temps qui courent…), et qu’on aime le vélo quand même…
    C’est très frustrant de prendre le départ pour 1h00 de course et d’être éjecté au bout de 25/30 minutes par les commissaires. Précision, le diplôme de commissaire UCI doit être dispensé de la Politesse, « Dégage, les 1er arrivent, t’as plus rien à faire ici !! » Perso, c’est comme ça que je me suis fais mettre hors course une fois.
    Et qu’en pense un jeune Cadet ou Junior, voire l’exemple ici des féminines Juniors ?? Comment le prendre ?? Le goût d’inachevé est fort dans ces cas là…
    A quoi bon appliquer ce règlement à la lettre ?? Voyez le classement de Lanarvily (3e Coupe de France 2014-2015 en Elite), seulement 22 coureurs dans le même tour sur 56 classés; en se rappelant que ce sont les 30 premiers qui marquent des points pour la Coupe de France, il y a donc 8 coureurs qui marquent des points sans finir l’heure de course ?!? Quel(s) valeur(s) a le classement final alors ??
    Quel est l’intérêt d’appliquer ce règlement sur les circuits « modernes » actuels ?? Grands bouts droits, trop peu de technique pure cyclo-cross, circuits très large (exple même de Pontchâteau).
    A 60 partants en Elites homme (voir moins pour les féminines), il y a largement la place pour doubler les compétiteurs(trices) attardé(e)s, c’est des boulevards !!! Et du coup, à quoi servent les fameux transpondeurs ???

    En tout cas, bel article, en espérant que… ça change un jour ! 😉

    • Oui Damien, Bien exposée les diverses situations, le cyclo-cross commence à bien vivre en France, il ne faut pas tuer cet élan ,cet engouement de toutes ces jeunes filles et jeunes garçons qui aiment cette discipline ludique, par des réglementations déphasées par rapport aux réalités qu’il faut instaurer, en écoutant les vrais spécialistes du cyclo-cross…….

  14. Effectivement il s’agit de faire évoluer ce règlement.
    Quand on connait les efforts et sacrifices que demandent ce sport, tant pour les jeunes sportives, parents et entraîneurs, on ne peut que ressentir de la frustration et du dégout.
    La non reconnaissance du sportif, la dévalorisation de ces jeunes qui s’investissent dans un sport difficile et ingrat…
    Dans une moindre mesure, j’ai eu la même sensation quand mon fils cadet, victime d’une chute collective au départ est parti avec 3 mn de retard. Heureusement que malgré ses larmes et sa déception il n’a pas pris un tour et stoppé. Je le craignait.
    Donnons à tous ses jeunes le plaisir de terminer LEUR COURSE et de vivre des émotions indélébiles
    JP.

  15. quand je lie vaut commentaire il y a pas que le cyclo cross sur route c est la mémé chose je pence que le vélo route au cyclo cross il il faut arrête c est la mémé discipline et les mémé coureur merci de donnée a tous ses jeunes de finir leurs course le dernier aujoud huit sera demain le meilleur

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s