H.McCormick

Hayden Mc Cormick, le kiwi mate les français.

   A peine rentré de son voyage breton, le néo-zélandais, Hayden McCormick est retourné en Belgique, son pays d’adoption jusqu’en juillet. En effet, le coureur de l’hémisphère sud a décidé de rejoindre les rangs de l’équipe DCM pour participer aux plus belles courses internationales et ainsi progresser à nouveau. Le néo-zélandais, né un 1er Janvier, semble avoir passé un magnifique séjour dans l’hexagone, si ce n’est la télévision française, qu’il trouve catastrophique !

Propos recueillis par Josselin Riou.

 »  J’ai eu du mal à rallier l’arrivée ! « 

« Je n’avais pas vraiment les jambes sur le début de la première étape. Durant les 80 premiers kilomètres, je suis resté dans le peloton car le temps était pluvieux et venteux. La course était en plus très vallonnée et j’étais dans le dur. Heureusement, je suis resté dans le peloton et je me suis débloqué au fur et  à mesure de la course ! J’ai attaqué à 20 kilomètres de l’arrivée pour aller à la gagne. Je suis sorti en compagnie d’un coureur français et américain. (Axel Gestin et Thomas Wrona, Nldr). L’américain était en difficulté et était collé à nos roues. Le français allait fort puis il commençait à fatiguer à 10 kilomètres du but. Le peloton s’est cassé derrière nous et revenait très fort. J’ai donc pris l’initiative d’attaquer pour finir seul. A 300 mètres de l’arrivée, j’avais 20 secondes puis les secondes se sont écoulées et j’ai eu du mal à arriver jusqu’en haut du faux-plat tellement j’étais mort, mais j’avais gagné l’étape !

Le deuxième jour commençait avec un « prologue » de 7,5 kilomètres. J’étais vraiment très bien et je suis passé à moins d’une secondes de la victoire. J’ai réussi à reprendre du temps sur l’équipe rivale principale, Avia Fuji Youth Team, qui avait 5 coureurs dans les 10 premiers dont 3 étaient entre 11 et 20 secondes derrière moi. Je n’étais donc pas à l’abri que cette équipe se mette à m’attaquer…

            » Je me suis senti très fort… »

En commençant la dernière étape en ayant 11 secondes d’avance, l’étape fût très  nerveuse et stressante, mais je suis resté en haut de peloton. Je me suis senti très fort au cours de la course mais je suis resté vigilant. J’ai réussi à ramener 3 maillots distinctifs dont celui de leader et de vainqueurs des sprints à l’arrivée. Cette course m’a aussi permis de glaner quelques points UCI dont les « kiwis » sont fiers. Il reste encore deux courses internationales où j’aurais des objectifs important dont une en Belgique. La France possède de très belles routes, bien lisses. En revanche, la télé est vraiment épouvantable ! (Rires).»

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s