Ivan Gicquiau a atteint tous ses objectifs

Ivan_Gicqiau_sous_les_couleurs_de_l_équipe_de_France

Ivan Gicquiau a atteint tous ses objectifs

Ivan Gicquiau (EC Quéven) n’est probablement pas le coureur breton le plus connu. Et pourtant, dans les sous-bois, ce jeune espoir 3e année a démontré son sérieux et son talent avec quatre victoires et trois places de second. Au plan national, le morbihannais a terminé 15e, 13e et 11e sur les manches du Challenge National. En constante progression au cours de l’hiver, Ivan Gicquiau a connu sa première sélection internationale à Nommay. Il se livre à La Gazette des Sports.

Photo : JM Picard PhotoVélo
                                                    Photo : JM Picard PhotoVélo

« Ma saison de cyclo-cross fût vraiment très bonne pour moi. J’ai atteint tous mes objectifs. Je souhaitais terminer dans le Top10 du classement général du Challenge National – La France Cycliste (Il prend la 9e place avec 60 points, ndlr) ainsi que me classer parmi les dix premiers du France. J’envisageais également de remporter les Championnats de Bretagne et du Morbihan Espoir. Tout ça, c’est chose faite. De cet hiver réussi, le souvenir dont je me souviendrai, c’est sans doute mon titre régional. C’est la première fois que je m’imposais sur cette épreuve.

Au lendemain du France, je pensais avoir fini ma saison. Dans ma tête en tout cas, c’était comme ça. Et puis Pierre-Yves Chatelon m’a appelé. J’ai été vraiment surpris. Je pensais plutôt y participer l’année prochaine, lors de ma dernière année Espoir. Ca a été une sacrée bonne surprise. J’étais aux anges. Pouvoir participer à une épreuve internationale… Je me suis immédiatement remis à l’entraînement ! Pour moi, cette coupe du Monde à Nommay, c’est un peu une cerise sur le gâteau. C’est aussi une belle récompense pour tous les sacrifices réalisés au cours de l’hiver.

Ivan_Gicquiau

Je suis parti au fond de la grille de départ. Mon objectif était de tenter de remonter un maximum de concurrents. Mais je ne connaissais pas du tout le niveau des coureurs étrangers. Après coup, je me rends compte que c’était du très haut niveau. J’ai décidé de partir prudemment. Je voulais garder un rythme constant toute la course pour pouvoir finir fort. La forme n’était pas forcément au rendez-vous, mais j’ai limité la casse.

L’ambiance d’une Coupe du Monde, c’est vraiment énorme. Le public était vraiment à fond derrières les Français. Et au fur et à mesure des tours, il y avait de plus en plus de gens qui m’encourageaient. Malgré tout, je m’estime heureux de terminer dans le Top30 pour une première mondiale. »

Par Josselin Riou
@Josselin_Riou

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s