L’ultime chrono de Vélochrono

Cinq ans de bons et loyaux articles pour le plus grand plaisir de milliers de lecteurs. Ils étaient devenus une référence dans le petit monde de la bicyclette. Un doux matin d’Avril, alors que la saison des classiques bat son plein, Vélochrono raccroche. Au même titre que Boonen ou Cancellara, ils seront les grands absents de Paris-Roubaix, dimanche.

C’est en Janvier 2010 que l’aventure Vélochrono débute. Une idée, un éclair signé Alexandre Philippon. Souvent dans les bons coups, il tient là le début d’une belle aventure. Une aventure indissociable du cyclisme et d’internet. Deux éléments que Velochrono et la «bande» parviendront à faire cohabiter jusqu’à ce mercredi 8 avril.

À la tête de cette rédaction, Alexandre Philippon et Baptiste Bouthier, 27 ans tous les deux. Ces deux-là partagent une passion commune du cyclisme et maîtrisent les codes d’internet. Tout ce qu’il faut pour se lancer, nez dans le guidon, dans l’expertise, le décryptage et l’analyse du cyclisme international. Mais ce site internet aux quelques 350 000 visites mensuelles de moyenne (en 2011), a connu bien des époques dans sa vie.

«Les 18 premiers mois, c’était un peu la course à l’actu !» Raconte Baptiste Bouthier, diplômé du Centre de Formation de Journalisme (CFJ) de Paris. Celui qui exerce désormais son métier avec plaisir chez Libération, loin du monde deux vélo, poursuit : «À partir d’août 2011, on a commencé à proposer aux internautes un contenu 100% Vélochrono. Des articles qu’on ne pouvait pas voir ailleurs.» Les communiqués de presse repris par tout le monde ? L’info que tout le monde a et que tout le monde publie ? Non. Vélochrono, change de format. «Nous n’étions en concurrence avec personne car nous étions les seuls à proposer ce type de contenu.»

Un travail de longue haleine que les lecteurs, passionnés ou non, adeptes, pratiquants, professionnels ou amateurs, ont su reconnaître tout au long de ces cinq années d’existence. «La connaissance du cyclisme du site et de nos contributeurs était reconnue.» Une connaissance et une passion du cyclisme et de son histoire, de ses belles heures passées comme celles d’aujourd’hui que le site internet s’est attaché à transmettre. «Beaucoup découvraient le site pendant le Tour de France puis certains revenaient plus tard. Parfois, on nous dit que nous leur avons transmis la passion. Pas seulement du Tour, mais du cyclisme toute l’année» témoigne Baptiste, cherchant ses mots.

Car après cinq ans d’existence, Baptiste et Alexandre ont décidé de raccrocher. Comme les cyclistes, il faut dire stop. Les sportifs parlent de «la saison de trop». Celle qu’il ne faut pas faire sous peine de sortir par la petite porte. Mais à l’image d’un champion, Velochrono s’arrête presque au sommet de son art. «C’est toujours difficile de lâcher l’affaire, se dire que c’est fini, confie Baptiste, co-fondateur du site. Mais j’étais persuadé qu’il ne fallait pas arrêter trop tard. Cet hiver, on s’est beaucoup posé la question avec Alexandre. Et puis on est reparti pour un tour.»

Velochorno_Adieu_Raccroche_Site_Internet_Cyclisme

Un dernier tour. Alors qu’Alexander Kristoff s’envole vers la victoire et dompte les monts pavés du Tour des Flandres, les deux acolytes discutent de leur avenir. «Le constat est simple. On faisait moins mais pas forcément mieux, explique l’intéressé. On ne voyait pas comment la situation pouvait s’améliorer. C’est compliqué après cinq ans, de trouver la motivation et l’énergie nécessaire pour faire tourner le site.» Mais leur bébé n’est pas totalement mort. Le site reste en vie et leur communauté Twitter de plus de 11 000 followers pourra continuer à suivre l’actualité cycliste au gré de leurs envies. Les fans de la première heure se replongent dans les plus belles histoires de Vélochrono.

Comme ce retour sur Liège-Bastogne-Liège 2011. Une classique presque promise aux frères Schleck. Mais les deux luxembourgeois se font souffler la victoire par Philippe Gilbert. Velochrono titre : «Une paire de manches !» Il fallait oser. C’est ce qu’ils auront fait pendant cinq ans. Oser.

Par Josselin Riou
@Josselin_Riou

2 réflexions sur “L’ultime chrono de Vélochrono

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s