Manon Bourdiaux : «Les classiques sont des épreuves de guerrière» 

Boubou

Manon Bourdiaux : «Les classiques sont des épreuves de guerrière»

Manon Bourdiaux s’apprête à prendre le départ de la Flèche Wallonne, mercredi 23 avril, sous les couleurs de l’équipe de France. Pour son arrivée chez les Espoirs, la Bourguignonne de 18 ans honore sa première sélection avec les Elites. Représentante du Team JD Racing Cycling, la Nivernaise se confie à quelques heures de ce grand rendez-vous. Entretien exclusif pour La Gazette des Sports.

«Je pense avoir effectué un début de saison correct. Je n’ai eu que deux confrontations avec les autres filles au niveau national. Au GP de Chambéry et sur Cholet Pays de Loire. Du coup, je ne peux pas vraiment me comparer aux autres. Malgré cela, je sens que j’ai progressé par rapport aux années précédentes. 

Demain, (mercredi), je vais participer à la Flèche Wallonne, une manche de la Coupe du Monde Elites. Intégrer l’équipe de France si tôt dans la saison demeure pour moi une grande satisfaction. Je ne m’attendais pas du tout à pouvoir disputer une telle épreuve.»

bou

«Je voulais découvrir les classiques en Espoir»

«J’avais vraiment envie de découvrir les classiques du calendrier international lors de mes années espoirs. Je pense que ce sont des courses de guerrière. Le niveau y est relevé. Y participer dès ma première année Espoir, je n’y croyais vraiment pas.

J’ai appris ma sélection il y a un peu plus de deux semaines. C’est court pour préparer une course de ce niveau. D’autant plus que le circuit est difficile. La Flèche Wallonne, c’est un truc de spécialiste. Notamment avec le mur de Huy comme arrivée. Je suis ici pour apprendre, découvrir et essayer d’aider un maximum l’équipe de France.»

profil

«Aujourd’hui, nous avons procédé à la reconnaissance du parcours. Le début en voiture, le reste à vélo. J’ai pu voir à quel point la côte d’Ahin puis le mur de Huy étaient difficiles. Le pied du mur est très dur mais reste raisonnable. Quand on emprunte le virage à gauche, là, les pourcentages sont vraiment impressionnants ! Personnellement, j’utilise un braquet de 38×28 pour grimper jusqu’au sommet de Huy.»

Manon Bourdiaux tentera demain de se faire une place parmi l’élite du cyclisme mondial. A ses côtés, Marianne Vos (Rabobank – Liv Team) partira en quête d’un sixième sacre à Huy.  Départ prévu depuis Huy à 11h. Les filles devront couvrir 123 kilomètres sur un circuit de 60 kilomètres. Elles graviront donc à deux reprises le terrible mur de Huy.

Plus d’infos sur Manon Bourdiaux et
le Team JD Racing Cycling dans la rubrique cyclisme

Par Josselin Riou
@Josselin_Riou 

Une réflexion sur “Manon Bourdiaux : «Les classiques sont des épreuves de guerrière» 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s