Une journée à l’Open Sud de France

Open_Sud_De_France_2015Impossible de le manquer. Passionné de tennis ou simple habitant de Montpellier, tout le monde, ici, dans le sud, est au courant. Les affiches se déploient aux quatre coins de la ville depuis plusieurs mois. Les tracts se multiplient. La pression monte. Il fallait s’y rendre. Voir ça de l’intérieur.

Jeudi 5 février 2015 – Montpellier

Il est un peu plus de 14 heures, le vent tourbillonne aux abords de la Park&Suites Arena de Montpellier. Le froid se fait ressentir malgré le soleil méditerranéen. A l’intérieur, il fait meilleur. Heureusement qu’il y a du chauffage, car le maigre public de l’enceinte héraultaise ne réchauffe pas des masses. Sur le Central, le Belge Steve Darcis vient tout juste d’empocher la première manche de son huitième de finale. Favori sur le papier, le Finnois Jarkko Nieminen ne verra quasiment pas le jour. En deux petits sets, Darcis se qualifie pour les Quarts. Après un long moment difficile, ponctué de blessures, le Belge ne s’emballe pas. «Un quart de finale à Montpellier, ce n’est pas mon objectif. Ce n’est qu’une étape pour la suite de ma saison.» Au moins c’est clair, le Shark, comme il se fait surnommer a une faim de loup.

Les handballeurs montpelliérains de passage à l’Arena

Il y a le tennis et ses à côtés. Le charme du tournoi. Entre deux matchs, des galas de gymnastique, des battles de hip-hop ou des démonstrations de tennis ballon sont proposés aux spectateurs. Mais la véritable attraction, ce jeudi, c’était la venue des handballeurs du MAHB. Leaders du championnats, les hommes de Patrice Canayer reviennent pour la plupart du mondial, au Qatar. Mickaël Guigou et Mathieu Grébille, titrés avec l’équipe de France, reçoivent les honneurs de la ville, des mains du Maire, Philippe Saurel. Moment de détente pour les colosses. Entre simulateur tennistique ou jeu de service, les handballeurs profitent ensuite des salons VIP, aux côtés de Loulou Nicollin, le président du MHSC, le club de foot de Montpellier, ou de Rolland Courbis, le coach du MHSC. Mais oh, on est là pour du tennis ! Paul Henri Mathieu est en train d’enflammer le central.Vite on revient.

PHM butte sur Kohlschreiber. Monfils sans trembler.

96e joueur mondial, Paul-Henri Mathieu ne partait pas avec les pronostics des bookmakers. Face au Français, ancien vainqueur de Roland-Garros chez les Juniors, se dressait Philipp Kohlschreiber, 23e au classement ATP. Le tricolore fait sensation dans le premier set. L’empoche 6/3 et se met le public dans la poche. La deuxième manche paraît beaucoup plus serrée. Les deux joueurs se rendent coup pour coup. Le jeu décisif semble inévitable. A ce petit jeu-là, Mathieu faiblit. Au forceps, l’Allemand recolle à une manche partout. Et la partie s’inverse. Kohlschreiber mène. Domine. Double break même. Le public joue alors le rôle qu’on attend de lui. Il encourage PHM, le soutient et le remet dans le droit chemin. Mais ça ne suffira pas. Revenu à une balle d’égaliser à quatre jeux partout, le Français butte. Butte, et re-butte ! En tout, Paul-Henri Mathieu aura raté 11 balles de break. Pour seulement deux converties. Faible ratio qui le laisse aux portes des quarts de finale. La logique du classement est respectée. Prochaine cible à (ab)battre pour Kohlschreiber : Joao Sousa.

En «night session», Gaël Monfils, tenant du titre à Montpellier, entre en lice. Exempt de premier tour, le 20e joueur mondial affronte le grand Kenny De Schepper, 2m03 sous la toise. Alors que la nuit tombe sur l’Arena, que le froid, glacial, se fait ressentir, les tribunes se remplissent timidement. La tête d’affiche attire. Mais elle ne séduit pas. Gaël Monfils fait le job. Sans plus. Une glissade jette un froid dans l’assistance. Une simple alerte. Le Francilien ne semble jamais en difficulté et se permet même de discuter les décisions arbitrales. Facile dans le jeu, Monfils reçoit les encouragements de la Park&Suites Arena. Des applaudissements beaucoup plus nourris pour La Monf que pour son adversaire, Kenny De Schepper, loin de démériter. Mais le 104e joueur mondial ne peut pas rivaliser. Ses deux mètres lui font tenir la baraque pendant plus d’une heure. La différence de niveau se fait ressentir sur le long terme. En deux manches rondement menées, Gaël Monfils est en quart de finale. Il rencontrera le Belge Steve Darcis. Attention, rencontre déséquilibrée sur le papier qui pourrait bien s’équilibrer sur le court.

Alors que l’Ouzbek Denis Istomin et l’Israélien Dudi Sela se préparent à jouer la very night session, à presque 21 heures, les gradins se vident. L’ambiance retombe légèrement. Bien plus tard, dans la nuit, les portes se fermeront. La Park&Suites Arena enlèvera son habit de lumière pour replonger dans la glaciale nuit héraultaise. Jusqu’à demain matin. Quand les portes ouvriront de nouveau. Que les spectateurs se masseront de nouveau. Des supporters novices, fidèles, incultes ou calés en la matière. La petite balle jaune reprendra ses droits. Demain, samedi et dimanche. Avant que l’Arena tourne la page Open Sud de France. Pour 2015. Avant un retour en 2016 ?

Par Josselin Riou
@Josselin_Riou 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s